un-mauvais-signal-depuis-bagdad

Un mauvais signal depuis Bagdad

La presse allemande s‘intéresse à la situation des Kurdes de la ville de Kobané désormais aidés par la Turquie, mais aussi à la nomination controversée du nouveau ministre de l’Intérieur en Irak.

Le gouvernement irakien de Haider al-Abadi compte désormais, après des semaines de blocage, deux ministres de l’Intérieur et de la Défense

Longtemps, la Turquie a seulement regardé ce qui se passait à Kobané, juste de l’autre côté de la frontière. Maintenant, elle aide les Kurdes, salue la Süddeutsche Zeitung. Ankara permet le transit des Peschmergas, les combattants kurdes, par son territoire pour qu’ils puissent lutter contre les djihadistes de l’État islamique. Ankara a réagit à un affront : les États-Unis ont envoyé trois avions cargos larguer des armes aux Unités de protection du peuple, qui défendent Kobané. La Turquie avait toujours refusé de telles livraisons. Mais s’il continuait sur cette voie, le pays de Recep Tayyip Erdogan risquait d’être de plus en plus isolé sur la scène internationale. Et de cela non plus, Ankara n’en voulait pas, note la Süddeutsche Zeitung.

Les Peschmergas, les combattants kurdes, vont pouvoir rejoindre, via la Turquie, les troupes qui se battent à Kobané

Alors que tous les regards sont braqués sur la ville de Kobané, de mauvais signaux sont envoyés depuis Bagdad, note la tageszeitung. Après des semaines de blocage, un ministre de l’Intérieur et un de la Défense ont été nommés. Le chiite Mohammed Al-Ghabbane, désormais à la tête du ministère de l’Intérieur, a fait partie d’une milice responsable de la mort et de l’exode de milliers d’Irakiens sunnites en 2009. Alors imaginez, suggère la taz, vous êtes un Sunnite qui vit dans une ville tenue par l’État islamique. Vous avez peur des djihadistes mais vous craignez aussi que les forces de sécurité irakiennes, avec du sang sunnite sur les mains, reprennent la ville. De quel côté allez-vous pencher?

Tolérance zéro en Allemagne

En Allemagne, les centaines de candidats au djihad mais aussi les émeutes qui ont lieu entre partisans des Kurdes et ceux de l’État islamique n’appellent pas de nouvelles lois, estime la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Mais plutôt de nouvelles mesures pour éviter que la guerre qui se déroule en Irak et en Syrie ne se déroule dans les rues allemandes, écrit le journal. Les ministres de l’Intérieur et de la Justice prônent la tolérance zéro et mettent en garde contre tout activisme. Mais les autorités allemandes doivent être jugées sur l’application de leur action. Car des candidats au djihad sont partis, même avec un bracelet électronique à la cheville, qui devait surveiller leurs déplacements.

dialogue-difficile-hong-kong

Dialogue difficile à Hong Kong

Après plus de trois semaines de manifestations, les négociations se poursuivent dans cette ex-colonie britannique, entre le gouvernement local et les représentants du mouvement pro-démocratie.

Les représentants du gouvernement de Hong Kong posent avant le début de la réunion avec les pro-démocratie

À Hong Kong, les protestataires réclament la démission de l’actuel chef de l’exécutif local et exige le suffrage universel pour la prochaine élection en 2017. Les discussions sont retransmises en direct par les télévisions locales. Cinq délégués des syndicats étudiants et cinq responsables de l’exécutif local sont réunis dans une petite salle de la faculté de médecine. Les leaders du mouvement refusent de discuter directement avec le chef de l’exécutif de la province autonome, Leung Chun-ying. Ils veulent le voir démissionner et veulent que son successeur soit démocratiquement élu par les 7 millions d’habitants de Hong Kong.

Plusieurs représentants de la fédération des étudiants de Hong Kong sont présents

Avant la réunion, Leung Chun-ying a prévenu que les manifestants ne doivent se faire aucune illusion sur leurs chances d’obtenir des élections totalement libres en 2017. Il craint que le suffrage universel donne une voix prépondérante aux plus modestes – 20 % de la population de Hong Kong vit sous le seuil de pauvreté – Ce qui risquerait, selon lui, d’avoir des conséquences négatives sur les investissements et le classement de Hong Kong parmi les premières places financières de la planète.

Actuellement, les candidats au poste de chef de l’exécutif sont sélectionnés et élus par un comité de 1200 personnes, pour la plupart proches de Pékin.

Carrie Lam est la numéro 2 du gouvernement local

La numéro deux du gouvernement, Carrie Lam, a concédé que « l’élection directe du chef de l’exécutif par cinq millions d’électeurs est beaucoup plus démocratique que sa sélection par un comité de 1200 membres ».

La Chine a déjà accepté l’idée du suffrage universel, mais avec un bémol : les candidatures seraient toujours préalablement sélectionnées par ce comité.

la-dame-de-fer-devant-la-justice

« La dame de fer » devant la justice

En Côte d’Ivoire s’ouvre mercredi le procès de plusieurs hauts cadres du FPI, le Front populaire ivoirien, le parti de l’ex-président Laurent Gbagbo. Dans le box des accusés, sa femme Simone, en prison depuis 2011.

« Depuis son lieu de détention, Simone Gbagbo contrôle sa formation politique, le FPI »

Simone Gbagbo, l’ex-première dame du pays, est détenue à Odienné dans la partie nord de la Côte d’Ivoire depuis plus de trois ans. Elle et des cadres du FPI sont poursuivis pour atteinte à la sûreté de l’Etat. Julien Adayé, notre correspondant à Abidjan revient sur la vie de l’ex-première dame ivoirienne. Vous pouvez l’écouter en cliquant sur le lien ou l’image.

lafrique-doit-se-mobiliser-davantage-contre-ebola

L’Afrique doit se mobiliser davantage contre Ebola

Contrôle dans les aéroports, réunions de crise pour réunir des fonds, envoi de personnel médical: depuis que l’épidémie d’Ebola a commencé en Afrique de l’Ouest, la mobilisation est générale pour y mettre un terme.

L’ONG Médecins sans frontières s’est félicitée de la sortie du « 1.000ème survivant » de la maladie de ses centres de traitement

Pas plus tard que lundi l’Union européenne s’est engagée à débloquer au moins un demi milliard d’euros dans la lutte contre Ebola. Côté africain, on ne reste pas non plus les bras croisés mais les réactions sont jusqu’à présent plutôt timides.

Certes, la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est (EAC) a décidé d’envoyer des professionnels de santé en Afrique de l’Ouest pour combattre l’épidémie d’Ebola, mais la présidente de la Commission de l’Union Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma l’a reconnue elle-même, l’Afrique doit mobiliser davantage de ressources humaines.

Une réaction toujours timide

Plusieurs pays ont renforcé les contrôles dans les aéroports des passagers
susceptibles d’être porteurs du virus Ebola pour
limiter la propagation de l’épidémie

Comme dans presque toutes les crises qui surviennent sur le continent, la réponse des organisations africaines reste faible, selon Alfred Shango Lokoho, professeur à la Sorbonne Nouvelle Paris III.

« La question de la coordination, de la mutualisation, de la prise de conscience tarde à venir. Le phénomène est de l’ordre des Etats eux-mêmes et puis des institutions de chaque sous-région africaine, dans ce cas précis, de la CEDEAO. L’Union Africaine a focalisé son attention souvent sur des questions économiques, politiques, de politique agricole, de règlement de conflit mais rarement, elle s’est penchée sur ces questions sanitaires, laissant aux Etats d’organiser eux-mêmes leurs systèmes de santé»

Face à la progression de l’épidémie il faut relever que des institutions et des particuliers se sont tout de même impliqués. Il y a par exemple le riche homme d’affaires et philanthrope nigérian, Aliko Dangote, qui a fait un don d’un montant de plus d’un 1 million de dollars au nom de sa Fondation pour la création d’un Centre national d’opérations d’urgence contre Ebola au Nigeria. La banque africaine de développement (BAD) a fait également un don de 30 milliards de francs CFA à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais même à ce niveau la mobilisation reste faible. Depuis le début de l’épidémie, Ebola a fait plus de 4.500 morts au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée.

a-la-rencontre-des-clubs-dauditeurs-dw

A la rencontre des clubs d’auditeurs DW

En Afrique francophone et dans le monde, la DW compte plusieurs clubs de l’auditeur. Des amoureux fidèles à nos programmes se retrouvent pour écouter ensemble la radio ou discuter des thèmes traités.

Club des amis de la Deutsche Welle à Abidjan

Durant le mois d’août, nous vous proposons chaque mercredi d’aller à la rencontre de ces regroupements d’auditeurs qui écoutent notre antenne, parfois depuis des décennies.

Ils se sont parfois formés en club DW, pour partager leur intérêt pour l’actualité africaine ou l’Allemagne. Ce qui les rassemble? Tous vivent au rythme de la radio, dont notre chaîne qui les accompagne au jour le jour.

Ecoutez ci-dessous chaque semaine un reportage effectué sur place par l’un de nos correspondants: au Burkina Faso, au Bénin, en République démocratique du Congo, au Niger, au Burundi …

Bonne écoute!

Pour retrouver notre série précédente, consacrée au ramadan en Afrique, cliquez ici.

leglise-admet-lunion-civile

L’Eglise admet l’union civile

Les journaux allemands commentent le synode des évêques catholiques au Vatican sur le thème  » la famille » . Cette assemblée a révélé les divergences entre courants conservateurs et réformistes au sein de l’Eglise

Quelle position l’Eglise doit-elle adopter face aux évolutions du concept de la famille à notre époque ? C’était le thème du premier synode des évêques convoqué par le pape François. Durant 10 jours à Rome, des cardinaux et des évêques du monde entier, mais aussi des représentants des autres religions et des auditeurs laïcs, ont planché sur le sujet.

Pour la Frankfurter Allegmeine Zeitung, cette assemblée synodale montre les divergences de vues au sein de l’Eglise catholiques. Les Evêques n’ont pas adopté dans leur rapport final les paragraphes sur les divorcés remariés et sur les homosexuels. Pour le journal ce synode avait pour objectif d’inscrire dans le marbre les valeurs de l’église, une manière de marginaliser le Pape François jugé par certain ecclésiastiques trop réformateur. Mais certaines choses ont été mises sur la table et le Pape François apporte un tout nouveau souffle sur Rome estime le journal.

Pour la Süddeutsche Zeitung, ce synode a tout de même permis des avancées. Le rapport final reconnait le fondement sérieux des mariages civils, et autres formes de cohabitations stables hommes/femmes. Certes il n’y a aucun éveil de l’esprit sur la question des homosexuels note le journal mais le débat va se poursuivre.

Pour la Frankfurter Rundschau, à la lecture du rapport final du Synode, on s’aperçoit que la peur du changement est bien là et le concept traditionnel du mariage et de la famille reste pour l’Eglise la seule vérité à défendre.

Die Welt constate que la réforme de l’Eglise est compliquée. Il ne peut pas y avoir de compromis au Vatican. Les situations ne sont pas les mêmes à Manille à New-York ou à Berlin. Peut être que Rome devrait adopter des lignes directrices générales dans lesquelles les conférences épiscopales nationales trouveront leurs propres réponses aux questions de société.

lallemagne-lutte-contre-ebola

L’Allemagne lutte contre Ebola

Le gouvernement fédéral allemand fait des efforts pour soutenir la lutte contre l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. À ce jour, l’Allemagne a débloqué 17 millions d’euros pour la lutte contre cette maladie.

L’Allemagne a fait construire deux centres d’isolement pour médecins au Libéria.

Sur le terrain, des organisations humanitaires sont à l’œuvre, comme par exemple ISAR ou Medeor, spécialisées dans l’aide sanitaire. Au cours de ces dernières semaines, ces deux structures ont mis en place leurs premières unités d’isolement pour malades atteints du virus Ebola au Libéria.

A Monrovia, la capitale du pays, ce sont deux unités d’isolement que ces structures ont mis en place. Et ces unités ont une capacité d’accueil de 44 lits d’une valeur d’environ 600 000 euros. Pour Bernd Pasteur, responsable des actions à Medeor, ces structures seront un soutien précieux, vues les pénuries sur place :

«D’abord, il y a les partenaires locaux mais on sait qu’il y a vraiment trop peu de médecins sur le terrain ici. Or il y a un besoin criant. Exemple, le gouvernement cubain a envoyé une équipe médicale de 156 médecins et il compte envoyer encore au moins 350 autres. Des réseaux internationaux sont mobilisés. Pour le moment, l’Allemagne n’a pas envoyé d’appui.»

Bientôt viendront des médecins allemands..

Ebola continue de faire de nombreuses victimes et les populations du Libéria ont besoin d’aide. 4 500 Allemands se sont portés volontaires pour lutter contre Ebola en Afrique de l’ouest dépuis que la ministre fédérale de la Défense, Ursula von der Leyen, a lancé le 22 septembre dernier un appel en ce sens.

Des volontaires sélectionnés suivent une formation de deux jours dans à l’hôpital de la Mission médicale à Würzburg. Cette formation porte entre autres sur l’utilisation de combinaisons de protection, la conservation des médicaments et autres traitements dans un climat humide et chaud et cela sous des tentes où la température ambiante est de 40 degrés.

Les 17 premiers volontaires qui ont déjà suivi la formation vont bientôt intégrer la Croix-Rouge allemande en Sierra Leone et au Libéria.